Aller au contenu principal
couverture du document

Schuiten, François (1956-....)

Biographie

Son père, Robert Schuiten, était un architecte très en vue à Bruxelles dans les années 1950-1960.

François Schuiten a publié sa première histoire, intitulée Mutation, dans l’édition belge de Pilote, alors qu’il n’avait que 16 ans. Il a étudié à l’atelier bande dessinée de l’Institut Saint-Luc, animé par Claude Renard. En 1977-1980, il a collaboré aux trois volumes du 9ème Rêve d’où émergèrent les principaux artisans du renouveau de la bande dessinée belge.

En collaboration avec son frère aîné Luc Schuiten, il publie ses premiers récits dans Métal hurlant à partir de 1977. Ils sont recueillis en 1981 dans l’album Carapaces. Parallèlement, il lance dans la même revue en 1979 Aux médianes de Cymbiola, en collaboration avec Claude Renard, avec lequel il produit également Le Rail en 1981. Les albums sortent respectivement en 1980 et 1982.

Dès ses débuts en albums, Schuiten réussit à « imposer un univers fantasmatique d’une rare cohérence », variation autour de motifs invariables (la construction, le vol, etc.), témoignant « de l’impérieuse nécessité d’une œuvre qui ne doit rien à l’opportunisme et qui se développe selon une logique interne plus ou moins consciemment maîtrisée ».

En 1983, il entame une fructueuse collaboration avec son ami Benoît Peeters lorsque paraît dans (À suivre) Les Murailles de Samaris, la première histoire de la série Les Cités obscures. Cette série est située dans un univers parallèle au nôtre mais avec de nombreux passages vers le monde réel. Certains artistes de notre monde sont d’ailleurs célèbres dans Les Cités obscures, tels que l’architecte Victor Horta ou l’écrivain Jules Verne. Le goût du détail a poussé les auteurs à décrire dans Le Guide des Cités les disciplines surprenantes de cet univers (comme la cryptozoologie ou la cartographie compulsive), sa faune et sa flore étranges, ses us et coutumes décalés et, surtout, son architecture obsédante, composante fondamentale de la série. Chaque cité est en effet dépeinte dans un style architectural précis ; la psychologie des personnages et le récit en sont même fortement influencés (comme l’Art déco monumental, sa rigueur et sa stabilité pour La Fièvre d'Urbicande, l’Art nouveau, ses tentacules végétaux et sa folie pour Les Murailles de Samaris, etc.). Traduite en une dizaine de langues, la série Les Cités obscures a obtenu de nombreux prix, dont le Grand prix Manga au Japan Media Arts Festival en 2013.

Mais son univers s’étend bien au-delà de la planche à dessin pour prendre vie dans l’architecture, le théâtre, la télévision et le cinéma (voir les différentes sections ci-bas).

Reconnaissance

Il a reçu le Grand prix de la ville d'Angoulême en 2002.

Il a été élevé au rang de baron par le roi Albert II le 21 juillet 2002 .

couverture du document
Tome
1
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
LivreNon disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
7
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
1
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
2
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
2
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
4
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
6
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
5
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Tome
1
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver