Aller au contenu principal

Ramuz, Charles-Ferdinand (1878-1947)

Contents


Biographie

Jeunesse

Ramuz effectue toutes ses études dans le Canton de Vaud. Il obtient son baccalauréat en 1895 et entreprend une licence en lettres classiques, qu'il obtient en 1901, à la Cité, qui rassemblait sous son toit l'université de Lausanne et le gymnase classique. Immédiatement après, il enseigne au collège d'Aubonne, localité située dans une région viticole de son canton. En 1902, il se rend à Paris afin de préparer, à la Sorbonne, une thèse de doctorat (sur Maurice de Guérin) qu'il abandonne bien vite pour se consacrer à l'écriture.

Années parisiennes

Durant plus de dix ans, Ramuz partage alors son temps entre la Suisse romande et Paris où il est introduit dans le salon d'Édouard Rod. C'est par l'intermédiaire de ce dernier que l'écrivain parvient à publier son premier roman, Aline (1905), à Paris, aux éditions Perrin. Il avait précédemment publié chez Eggimann, à Genève, un recueil de poésie à compte d'auteur intitulé Le Petit Village (1903). Durant ses années « parisiennes », Ramuz a publié cinq romans, chez différents éditeurs de la capitale (Perrin, Fayard, Ollendorff). Peu après la naissance de sa fille, et quelques semaines à peine avant le début de la Première Guerre mondiale, il décide de rentrer en Suisse, où il reste jusqu'à sa mort.

Paris offre l'occasion à Ramuz de fréquenter de nombreux écrivains et artistes, suisses ou français : il partage un temps un logement avec Charles-Albert Cingria, rencontre le peintre René Auberjonois avec qui il se lie d'amitié ; il y retrouve Henry Spiess et Adrien Bovy, et il y fait également la connaissance des frères Tharaud et d'André Gide.

Temps des Cahiers vaudois

À son retour en Suisse, il devient le fer de lance des Cahiers vaudois que viennent de fonder à Lausanne ses amis Edmond Gilliard et Paul Budry sur le modèle des Cahiers de la quinzaine de Charles Péguy. Ramuz en signe le manifeste, Raison d'être (1914), et y publie de nombreux volumes, dont Adieu à beaucoup de personnages et autres morceaux (1914), Les Signes parmi nous (1919) et le texte de lHistoire du soldat dont Igor Stravinsky a composé la musique et qui n'a connu jusqu'alors qu'une seule représentation, à Lausanne, en 1918. Le contexte de l'immédiat après-guerre, le renchérissement, auront raison des Cahiers vaudois, et Ramuz, qui y publie alors tous ses livres, se retrouve sans structure éditoriale.

Grasset

Après une période difficile, aussi bien sur le plan financier que sur le plan artistique, qui voit notamment Ramuz « fabriquer » ses livres lui-même, comme il le dit, il signe en 1924 un contrat aux éditions Grasset, où il est en contact avec l'écrivain Henry Poulaille. Il publie alors la plupart de ses livres en deux temps, à Lausanne d'abord, chez Mermod, éditeur et mécène, puis à Paris, chez Grasset. C'est alors le temps de la consécration. Si ses livres ne sont pas à proprement parler des succès de librairie, il obtient la reconnaissance de ses pairs, mais son style fait polémique. En effet, il n'hésite pas à malmener la syntaxe pour trouver une langue expressive, qu'il oppose à la langue morte des grammairiens. On lui reproche de « mal écrire », et de mal écrire « exprès ». La polémique est engagée. Partisans et détracteurs de l'écrivain s'expriment notamment dans un ouvrage collectif dirigé par Henry Poulaille et portant le titre explicite de : Pour ou contre C. F. Ramuz (1926). L'écrivain réagit à son tour en publiant en 1929 son fameux plaidoyer intitulé Lettre à Bernard Grasset. Courtisé par Jean Paulhan qui souhaite le voir intégrer la maison Gallimard, Ramuz reste fidèle à Grasset, mais donne toutefois quelques textes à la Nouvelle Revue française. La Deuxième Guerre mondiale coupe un peu plus Ramuz de Paris, et à la fin de la guerre, l'écrivain, souffrant, ne parvient pas à revenir sur le devant de la scène, notamment occupé par une nouvelle génération d'écrivains issus de la Résistance.

Repères chronologiques

  • 1878 : naissance à Lausanne, le 24 septembre
  • 1895 : examen de maturité. Séjour de six mois à Karlsruhe
  • 1901 : obtient sa licence de lettres à l'université de Lausanne
  • 1904 : publication de son premier recueil de poèmes : Le Petit Village
  • 1903-1904 : précepteur à Weimar, chez le comte russe Maurice Prozor
  • 1904-1914 : partage son temps entre la Suisse romande et Paris
  • 1905 : publication de son premier roman : Aline
  • 1912: gagne le Prix Rambert pour Aimé Pache, peintre vaudois
  • 1913 : mariage avec Cécile Cellier, peintre
  • 1913 : naissance de sa fille unique, Marianne
  • 1914 : retour définitif en Suisse
  • 1914 : publication de Raison d'être, numéro inaugural des Cahiers vaudois
  • 1915 : se lie d'amitié avec Igor Stravinsky par l'entremise d'Ernest Ansermet
  • 1918 : première représentation de lHistoire du soldat, dont la musique est composée par Igor Stravinsky
  • 1923: gagne le Prix Rambert pour Passage du poète
  • 1924 : entrée aux éditions Grasset, avec la réédition du roman La Guérison des maladies
  • 1925-1926 : publication du roman La Grande Peur dans la montagne
  • 1926 : le "Grand voyage" de Ramuz, le plus important qu'il ait fait dans sa vie. Ce périple, qui s'effectua en Talbot avec deux de ses compatriotes, le journaliste Paul Budry et le peintre Henry Bischoff, eut lieu en France : Clermont-Ferrand, Le Puy-en-Velay, Joyeuse, Nîmes, Orange, Saint-Félicien-en-Vivarais, Annecy... Au fil de ses étapes, il y rencontre amis et admirateurs, tel l'écrivain Henri Pourrat, le médecin artiste Jos Jullien, l'éditeur et poète Charles Forot, et le journaliste écrivain Jean-Marie Dunoyer.
  • 1929 : pour répondre aux critiques puristes que soulève sa manière d'écrire, il rédige un important plaidoyer pro domo qui, sous le titre de « Lettre à Bernard Grasset », paraît dans la réédition du recueil Salutation paysanne et autres morceaux ({{1re}} éd. 1921)
  • 1929 : fonde à Lausanne, avec l'aide de Gustave Roud et d'Henry-Louis Mermod l'hebdomadaire Aujourd'hui
  • 1934 : publication du roman Derborence
  • 1937 : en Suisse, vaste polémique autour de la « Lettre » à la revue Esprit dans laquelle l'écrivain nie l'existence d'une « entité spirituelle suisse »
  • 1940-1941 : à l'initiative d'Henry-Louis Mermod, son éditeur lausannois, Ramuz reprend une à une toutes ses œuvres, les relit, les modifie, en vue de la publication de ses Œuvres complètes en 20 volumes. Trois volumes s'y ajouteront après sa mort
  • 1947 : mort de C.-F. Ramuz, le 23 mai, à Pully
couverture du document
Auteurs
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver
couverture du document
Auteurs
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver