Aller au contenu principal
couverture du document

Gulik, Robert van (1910-1967)

Biographie

Fils d'un médecin militaire, il séjourne dans son enfance à Surabaya à Java, dans ce qui était alors les Indes néerlandaises. Il y apprend le javanais, le malais, ainsi que des rudiments de chinois qu'il étudie plus tard, à son retour en Hollande, à l'aide de cours particuliers. En 1928, il rédige des articles pour la revue sino-hollandaise China et publie des ouvrages sur la poésie de la Chine ancienne. Inscrit à l'Université de Leyde, il entreprend l'étude du droit colonial, approfondit sa connaissance des langues chinoises et se met au japonais. Il quitte l'établissement avec une licence et se rend à l'Université d'Utrecht pour apprendre le sanskrit et le tibétain. En 1935, il obtient son doctorat et, peu après, une affectation diplomatique dans la capitale du Japon.

De 1943 à 1946, il est envoyé pour de courtes missions diplomatiques dans plusieurs pays d'Afrique de l'Est, en Égypte et en Chine, où il est promu Premier secrétaire de la légation hollandaise. Il y rencontre la fille d'un mandarin impérial qu'il épouse en décembre 1943. Sa carrière de diplomate le mène ensuite aux États-Unis, en Inde, en Indonésie, au Liban, en Corée et, en 1949, de nouveau à Tokyo, où il publiera ses premiers ouvrages.

En 1948, il traduit un roman policier chinois, le Dee Gong An, trois affaires criminelles résolues par le juge Dee-Jen Djieh (plus connu en France sous le nom de Juge Ti), fonctionnaire de l'époque T'ang ({{VIIe siècle}} de notre ère). Puis, s'inspirant de vieux récits chinois, il publiera seize ouvrages policiers fictifs, qui forment une série d'enquêtes mystérieuses conduites par son juge Ti.

Sinologue réputé et intellectuel distingué, Robert van Gulik joue du luth chinois, et dessine lui-même les illustrations ornant ses romans. Il rédige également un traité sur La Vie sexuelle dans la Chine ancienne. Il est même à l’origine d’une mystification en proposant à de grandes bibliothèques nationales une série de rééditions d’estampes érotiques de la Chine des Ming, dont il est fortement soupçonné d’être l’auteur .

Il s'éteint en 1967, victime d'un cancer du poumon, probablement causé par sa grande consommation de cigares.

Le personnage du juge Ti a été repris d'abord par Eleanor Cooney et Daniel Altieri, puis par l'écrivain Frédéric Lenormand.

couverture du document
LivreDisponible
Veuillez vous connecter pour réserver